[INFOGRAPHIE] La cotation du renseignement

La cotation du renseignement est une pratique issue du renseignement d'Etat. Ce n'est pas encore une véritable démarche d'analyse, mais elle donne une indication supplémentaire par rapport à une information brute. Elle doit être maniée avec précaution, car il s'agit davantage d'un pari que d'une certitude vérifiable.

S'il ne faut pas surestimer l'intérêt de cette démarche et sa fiabilité, elle présente selon nous 3 intérêts relativement importants :

1) Elle permet lorsque le décideur est « loin » du terrain où l'information a été collectée mais qu'il se réserve le monopole de son analyse (par exemple pour ne pas avoir à dévoiler ses projets à un analyste), de qualifier a minima l'information. Autrement dit, de communiquer une intuition sur la fiabilité de la source et la véracité de l'information qui peut s'avérer utile, sans rentrer dans plus de détails.

2) Elle impose donc une certaine discipline à celui qui collecte l'information en l'obligeant à s'interroger en conscience sur ce qu'il collecte et où il collecte.

3) Elle peut fonctionner comme un outil de gestion des sources pertinent : si de façon récurrente une source jugée fiable (A, B) communique des informations jugées potentiellement fausses (4, 5) ou invérifiables (6), ou inversement qu'une source peu fiable (D, E) communique systématiquement des informations justes (1, 2) dans un dossier, cela permet au décideur/à l'analyste de s'interroger et, peut-être, de découvrir une manipulation des sources/des informations, etc.  

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

[RECENSION] Le renseignement humain à l'ère numérique de Terry Zimmer

[REPORTAGE] Journée « Temporalités des crises » à Lyon

[FLASH] La France a désormais une doctrine militaire de « lutte informatique offensive »